Alimentations d’un australopithèque

Alimentations  d’un australopithèque

Une étude des marques de dents montre qu’il y a des millions d’années, les hominidés africains avaient une alimentation similaire à celle des gorilles d’aujourd’hui.

L’Australopithecus afarensis, hominidés qui vivaient en Afrique il y a entre 2 et 4 millions d’années, se nourrissaient de préférence de fruits riches en sucres, mais à une époque défavorable ne faisaient pas d’ascos aux graines, racines, tubercules ou écorces, selon une étude menée par des chercheurs de l’Université de Barcelone (UB), dirigée par Alejandro Pérez-Pérez et publiée dans le Journal of Human Evolution. La découverte est basée sur l’analyse des micro-étirements des dents fossiles de cette espèce africaine, dont le plus célèbre représentant est le squelette presque complet de Lucy, une femelle, il y a environ trois millions d’années.

Au cours du processus de mastication, les chercheurs expliquent dans un communiqué de presse d’UB que l’émail des dents est éraflé par l’abrasion des éléments structuraux des légumes qui, de plus, portent souvent de la terre. Ce sont des vergetures caractéristiques que les scientifiques ont également comparées aux dents des primates d’aujourd’hui. « Le schéma de microestration d’A.afarensis présente des similitudes évidentes avec ceux des espèces actuelles (Hominoidea), comme les gorilles du Cameroun », explique Ferran Estebaranz, un des auteurs de l’étude.

Ces australopitecos vivaient dans des environnements différents du continent africain, cependant le régime alimentaire semble être uniforme,  » indiquant que ces hominidés étaient capables de chercher et de sélectionner les ressources préférées dans divers environnements écologiques, expliquent les scientifiques. De plus, le régime alimentaire d’A. afarensis n’a pas changé avec le temps malgré le fait que le territoire de l’Afrique de l’Est soit devenu de plus en plus aride entre 3 et 4 millions d’années.

Le travail des chercheurs d’UB fait partie d’un projet global visant à caractériser l’alimentation et les adaptations écologiques des hominidés du pléiostocène en Afrique de l’Est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *