Où se trouvent les plus grands marchés pour la maternité de substitution ?

Où se trouvent les plus grands marchés pour la maternité de substitution ?

Les plus grands marchés pour la maternité de substitution sont l’Inde, l’Ukraine, la Russie, la Thaïlande et les États-Unis. L’Inde à elle seule réalise un chiffre d’affaires d’environ 2,3 milliards de dollars US par an.

Combien coûte la maternité de substitution ?

Selon le pays et le programme de soins, le coût de l’enregistrement d’un embryon étranger varie entre 25 000 dollars US en Inde, 30 000 euros en Ukraine et 45 000 à 100 000 dollars US aux États-Unis. Le forfait tout compris comprend généralement tous les examens médicaux et les médicaments de la mère porteuse, ainsi que l’aide pour les démarches auprès des autorités, le paiement par versements et les soins des parents désirés sur place. Les agences américaines offrent même parfois un tarif forfaitaire de fécondation et un rabais pour la deuxième tentative si l’ovule n’est pas implanté la première fois.

Qui gagne combien ?

La clinique de fertilité reçoit habituellement une grande partie de l’argent. Le montant que reçoit la mère porteuse varie en fonction du pays et du contrat. En Inde, les cliniques de fertilité conservent la majeure partie du montant, les femmes n’en gardent souvent qu’entre 150 000 et 400 000 roupies (1840 à 4900 euros).

Quelles sont les conséquences possibles de la maternité de substitution pour la femme qui se porte volontaire ?

Il est incontesté que la maternité de substitution peut avoir des conséquences psychologiques, mais la façon dont elle est traitée varie grandement. En Inde, les gynécologues prennent souvent en charge le suivi psychologique, les psychologues ne sont pas consultés. Cette méthode n’est pas considérée comme particulièrement utile, d’autant plus que les femmes sont déjà isolées de leur famille pendant leur grossesse à la clinique. Deux types de maternité de substitution sont courants en Inde : les femmes sont autorisées à s’occuper de l’enfant pendant quelques semaines, ce n’est qu’ensuite que les futurs parents prennent le bébé avec elles. Dans le second cas, l’enfant est séparé de la mère porteuse immédiatement après la naissance. Un contact ultérieur n’est possible qu’au Canada ou aux États-Unis.

Que se passe-t-il si la mère porteuse ne veut pas abandonner l’enfant après l’accouchement ?

Selon la loi allemande, la femme qui accouche est la mère de l’enfant, qui ne peut être enlevée à l’enfant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *